Terra Medoca Vendays-Montalivet #1

La commune de Vendays-Montalivet est le premier partenaire d'Aléa à accueillir en Médoc, un  sentier d'art environnemental.

 

"La création de ce sentier d’œuvres d’art environnemental « Terra Medoca Vendays-Montalivet », en partenariat et soutien de l’association locale Aléa et des artistes, représente un lien entre le bourg de Vendays et la station de Montalivet, à travers une dimension artistique et environnementale. 

Il est au cœur de nos missions de valoriser le patrimoine naturel, bâti et culturel de la commune.

Ce sentier créé du lien social, offre des activités, expositions et rencontres auprès des populations estivales, et locales (scolaires, habitants, ...

Les œuvres sont in situ et tiennent compte du lieu où elles sont installées (dunes, forêt, marée, jardins, cœur de ville...), éveillent, interrogent et avertissent des enjeux environnementaux.

Nous sommes à l’écoute, mon équipe et moi-même, de ce type de projet innovant, respectueux de notre cadre de vie. "

Pierre Bournel, Maire de Vendays-Montalivet 



Oeuvres permanente installées à Vendays-Montalivet

Lagremar* de Catherine Lacroix

 Ceci n’est pas une poubelle !!

C’est une œuvre collaborative et participative. Conçue par Aléa, designée par Lalou Multi et habillée par Catherine Lacroix.

Les promeneurs, au gré de leurs balades, ramassent des déchets déposés sur la plage par les marées, et viennent les déposer dans ce globe. Le globe se remplira progressivement et par cette action collective, tout le monde aidera à sensibiliser à l’urgence de générer moins de déchets, pour éviter que cette planète ne devienne une poubelle.

"Ma posture pour ce projet est celle d’une personne qui n’est pas engagée au sens militant actif du terme mais concernée car vivant et travaillant dans la presqu'île du Médoc, soucieuse de la préservation de cet environnement exceptionnel tout en ayant connaissance et conscience de l’impact de cette ère de l’anthropocène sur la planète et même sur l’espace concerné.

J’ai choisi de cheminer par le concept de la collapsologie qui amène à traduire plastiquement une catastrophe inéluctable et je pense que cela a déjà été fait suffisamment pour essayer de donner à penser d’une manière plus positive, poétique, esthétique.

Je suis repartie simplement de la goutte d’eau, point de départ du grand tout , infime mais essentiel élément. Ambivalence de la forme qui peut être aussi vue comme une larme, des larmes pour dire quelque chose de la situation de notre planète.

Je souhaite plutôt mettre l’accent sur les actions possibles , dans le sens du proverbe « les petits ruisseaux font les grandes rivières », la

participation de chacun à son niveau même modeste.

Cela m’a amenée à la légende amérindienne du colibri, reprise par Pierre Rabhi, fondateur du mouvement des Colibris.

Mon idée est donc une reprise de l’idée « chacun doit faire sa part » traduite par un grand nombre de gouttes d’eau disposées comme une installation sur la sphère , de tailles différentes pour symboliser la multiplicité des actions possibles.

Les continents sont représentés en liège, mâle et femelle pour avoir une variété de matière mais aussi pour représenter l’indispensable diversité. Les océans sont peints avec des pigments bleus."



Le sentier des oiseaux, de Pauline Beugniot

Le sentier est un lieu de passage naturellement harmonieux, entretenu par l’Office national des Forêts, pour les habitants et les vacanciers, mais aussi pour la protection de sa faune et de sa flore.

Dans le travail proposé ici, s’approprier et s’inspirer de la nature sont deux notions importantes. L’environnement mis en avant devient le support principal des œuvres qui l’habitent.L’artiste vient alors s’appuyer sur des éléments existants afin de lier sa pratique artistique à l’espace naturel.
Il ressort de ce sentier une forte sensation de cycle, de passage et de mouvement.L'artiste vient modestement ajouter une touche de poésie graphique et colorée.Au même titre que chacun se fraie sa place au sein de la forêt, respectueusement, l’artiste vient déposer ses œuvres.L’artiste a dessiné et découpé les formes en atelier et s’est laissé l’opportunité de créer sur place, à partir d’une palette de couleurs, en fonction des troncs et des souches, des éléments naturels sur place.
Afin de garder une cohérence sur l’ensemble du sentier, des plumes sont disséminées sur plusieurs arbres.A l’entrée et à la sortie, les promeneurs sont accueillis par des oiseaux majestueux qui invitent à découvrir la suite et symbolisent cette notion de mouvement.Le Geai des chênes est un oiseau sédentaire mais considéré comme migrateur partiel pour ses populations du nord de l’Europe.La Huppe fasciée quant à elle, migre vers l’Afrique aux premiers frimas.Sédentaires et migrateurs partagent ce même espace, harmonieusement. 

Cette artiste peintre, née en 1985, a hérité de son père ses passions (le surf et la gravure), son goût pour l’enseignement, ainsi que son atelier dans lequel elle pratique dessin, peinture et gravure. 


Son expression plastique se cristallise dans une production à la fois figurative et abstraite. 


L’œuvre de Pauline Beugniot est un hommage coloré à la nature, elle cherche à activer nos sens pour exacerber nos ressentis et partager un état contemplatif ; une manière de nous rappeler que nous sommes vivants.


Son travail est diffusé à la fois dans des expositions et également à l’occasion de festivals.

Les 111, d'une pointe à l'autre, de Delphine Trentacosta

Cette fresque monumentale de 111 mètres réalisée par Delphine Trentacosta, photographe engagée médocaine, est la première œuvre installée dans ce programme de sentier d’art environnemental Terra Medoca. 

C’est une photographie des 111 kilomètres du littoral de la Pointe de Grave jusqu’au Cap Ferret.



“Photographier, c’est écrire avec la lumière…”

... Mais pour moi,  la mise en lumière n'est révélatrice que si elle est utile."

 

Diplômée de l’Ecole nationale supérieure de la Photographie d’Arles en 1994. Vit et travaille à Montalivet depuis 1997. Travail personnel sur l’inventaire, le patrimoine et l’environnement particulièrement en Médoc.
 

Caudale, de Catherine Lacroix


Le choix de Catherine Lacroix de créer une caudale de baleine en bouteilles de plastique n'est pas simplement esthétique, même si le mouvement de l'œuvre propose des courbes si parfaites.


Ce choix est bien sûr très symbolique car ces grands animaux marins meurent aussi de nos déchets. 


Cette œuvre a été réalisée dans un atelier participatif J’aime Mon littoral organisé par Aléa en 2016.

Oeuvres temporaires

ALBEN

Nous aimons notre travail et ce que nous faisons. C'est la raison pour laquelle nous nous levons chaque matin. Il nous permet de nous dépasser et de viser toujours plus haut à chaque nouveau défi rencontré.

LE NIBOR

Il est toujours plus facile de faire du bon travail lorsque l'on croit en ce que l'on fait. C'est la raison pour laquelle nous nous engageons à aider davantage de personnes, jour après jour.

KLASIEN

Grâce à mon expérience, mon sérieux et mon approche orientée résultat, j'ai eu la chance de travailler avec de nombreux clients d'exception.

Un partenariat adapté à Vendays-Montalivet

Depuis sa création, l’association Aléa a pour objectif la diffusion, la production et la promotion d’œuvres, d'actions artistiques, culturelles et d'artistes qui sensibilisent  aux enjeux environnementaux et plus globalement au développement durable, dans les régions littorales, de nouvelle Aquitaine et d'ailleurs.

 

En 2017, Aléa propose à la mairie de Vendays-Montalivet d’installer des actions de manière plus régulière et permanente autour du Festival éphémère Marée basse art in situ sur la plage, des ateliers J’aime Mon Littoral qui existent depuis 2015  et d’installations d’œuvres permanentes dans l’espace public.

 

De cette convergence est né un écosystème autour de l’événement phare Marée basse art in situ. dans la commune de Vendays-Montalivet.


Un comité artistique installé dans la durée

Pour ce sentier d'art environnemental à Vendays-Montalivet, un comité artistique composé d’élus et de membres de l’association  invite des artistes à travailler sur des œuvres in situ en lien ou en interaction  avec l’environnement naturel et/ou culturel dans lequel elles sont installées.


Chaque année, les nouvelles œuvres permanentes seront installées le jour du festival Marée basse art in situ, ainsi que les œuvres temporaires.

Membres élus du comité artistique : Monsieur Pierre Bournel, maire de Vendays-Montalivet, Madame Véronique Brun, chargée de la culture et des animations, Marie Amouroux chargée du développement durable et de la forêt, Chloé Peyruse, chargée du développement durable et des écoles.

Partenaires Terra Medoca Vendays-Montalivet

Lalou multi

 
laloumulti.com/


 Conception technique et création du moule offerts.

Mairie de Vendays-Montalivet

http://www.vendays-montalivet.fr/

Achat des œuvres permanentes, accompagnement technique, financier sur la communication et logistique

Office national des forêts

https://www.onf.fr/

Partenariat technique et accueil en forêt domaniale du Sentier des oiseaux

Communauté de commune Médoc atlantique

https://www.ccmedocatlantique.fr/ 

Soutien financier œuvres temporaires Festival Marée basse in situ

 Département de la Gironde

https://www.gironde.fr/


Soutien financier œuvres temporaires Festival Marée basse in situ